"Tant que tu vivras, cherche à t'instruire: ne présume pas que la vieillesse apporte avec elle la raison" Solon

En Inde, on sait désormais pourquoi plusieurs chiens sont devenus bleus


Cinq chiens entièrement ou partiellement bleus ont été repérés dans la région [Arati Chauhan / Facebook]





Depuis le début du mois d’août, des chiens étrangement colorés ont été aperçus à Navi Mumbai, près de Bombay (ouest de l’Inde).

Après une enquête, les autorités de la ville sont en mesure d’expliquer ce phénomène, qui n’a rien de naturel. Et non, ces chiens ne sortent pas d'un roman pour enfants de Serge Brussolo.

Plus qu’une coïncidence

Tout a commencé par la photo d’un chien au pelage entièrement teint en bleu, publiée sur Facebook par la directrice de la Cellule de protection des animaux de la ville, Arati Chauhan. L’image a fait le tour d’Internet, et il est rapidement apparu que le canidé n’était pas un cas isolé. Dans les jours suivants, pas moins de quatre autres chiens ont été aperçus, arborant la même teinture.

Tant de faits ne pouvant être qu’une simple coïncidence, l’affaire a débouché sur une enquête par le Maharashtra Pollution Control Board (MPCB), dont le rôle est de mettre en œuvre des mesures environnementales dans l’Etat de l’ouest de l’Inde. Selon cette investigation, les chiens bleus ont obtenu leur nouvelle couleur en se baignant dans la rivière Kazadi.

Des déchets chimiques dans la rivière

Cette rivière est bordée par la zone industrielle de Taloja, dans laquelle l’ONG Watchdog Foundation a recensé pas moins de 977 usines chimiques, pharmaceutiques, d’ingénierie et de transformation des aliments. Il s’avère que l’une de ces usines s’est débarrassé d’un colorant bleu, utilisé dans différents produits chimiques (dont des détergents). L’enceinte de l’usine est censée être fermée, mais il faut croire que son système de sécurité ne résiste pas à un chien en quête de nourriture.

«Permettre l’évacuation du colorant dans n’importe quel plan d’eau est illégal. Nous allons prendre des mesures contre les pollueurs, car ils détruisent l’environnement», a déclaré Anil Mohekar, agent régional à la MPCB de Navi Mumbai. En attendant, la MPCB a demandé aux propriétaires de l’usine de s’assurer qu’aucun animal ne puisse de nouveau pénétrer sur les lieux, pour limiter le risque que cet incident se reproduise. Par ailleurs, l’entreprise a sept jours pour nettoyer son site.

Les associations de défense des animaux veulent des mesures

Une solution temporaire qui est loin de contenter les associations de protection de la nature. «Nous n’avons vu que des chiens bleus jusqu’ici. Nous ne savons pas si les oiseaux, les reptiles et autres créatures sont affectés, ou s’ils sont même morts en raison du colorant», a déclaré Arati Chauhan. D’autant que le nettoyage de la parcelle où a été déversé le colorant chimique a beau être un bon début, cela n’empêche pas le reste de la rivière de rester toxique.

Pour le moment, Arati Chauhan a annoncé sur son compte Facebook avoir remis la main sur l’un des chiens touchés par ces effets secondaires, mais cherche encore les quatre autres chiens bleus disparus dans la nature.

De l’eau anormalement polluée

Selon le Hindustan Times, un journal indien qui a révélé l’explication de ce mystère, les déchets industriels non traités qui finissent absorbés par les plantes aquatiques ont augmenté la pollution de la rivière Kazadi largement au-dessus du seuil de sécurité.

La Navi Mumbai Municipal Corporation a en effet révélé que la DBO, l’un des indicateurs biologiques servant à mesurer la pollution de l’eau, avait atteint le niveau inquiétant de 80 mg/L dans la rivière. Or, on considère qu’une eau est polluée par une trop grande quantité de matière organique dès lors que la DBO est supérieure à… 10 mg/L. La Commission centrale de contrôle de la pollution estime pour sa part que les poissons meurent lorsque le niveau de DBO dépasse 6 mg/L, et que l’eau est impropre à la consommation humaine au-delà de 3 mg/L.

Cela dit, ça n’est pas le niveau de pollution qui donne directement la couleur bleue, mais bel et bien les produits rejetés par l’usine. «Tous les employés de cette entreprise sont bleus aussi… Simplement, ils se lavent avant de rentrer à la maison, chose que ne peuvent pas faire les chiens», a témoigné l’une des employées de la zone industrielle, Neha Godbole-Tillu, sur Facebook.