La NASA passe à la phase de conception de son ambitieux plan visant à dévier un astéroïde




Appelé DART, la mission voudrait qu’une sonde spatiale de la taille d’un réfrigérateur percute un astéroïde qui ne nous présente aucune menace, pour le déplacer légèrement de son orbite/ sa trajectoire originale. Le projet est considéré comme une première étape importante dans le développement d’un bouclier planétaire contre les astéroïdes menaçant la Terre.

DART (Double Asteroid Redirection Test), qui signifie donc Double Test de Redirection d’Astéroïdes, est conçu par des scientifiques du Laboratoire de Physique Appliquée de l’université Johns Hopkins et s’appuiera sur la "technique de l’impacteur cinétique", grâce à laquelle un satellite lancé à grande vitesse viendra percuter un objet géocroiseur (ou NEO pour Near Earth Object), ce qui devrait le dévier progressivement de son orbite. Au final, la tactique pourrait être utilisée pour pousser un astéroïde qui se dirige vers la Terre.

Représentation de la sonde DART. (NASA)



Il est important de noter que le DART permettra aux scientifiques de mieux déterminer les effets de ces impacts sur les astéroïdes et les données recueillies à partir de cette mission pourraient enrichir de connaissances de futures missions du même type, y compris une mission visant à dévier un véritable astéroïde terrestre. Ce test permettra aux scientifiques de déterminer la masse et la vitesse de l’impacteur cinétique, ou de la quantité nécessaire pour suffisamment déplacer une cible unique.

Selon Andy Cheng, co-responsable de la mission DART à l’Applied Physics Laboratory de l’université Johns Hopkins :

DART est une étape cruciale pour démontrer que nous pouvons protéger notre planète d’un futur impact d’astéroïdes. Puisque nous ne connaissons pas beaucoup leur structure interne ou leur composition, nous devons effectuer cette expérience sur un véritable astéroïde. Avec DART, nous pouvons montrer comment protéger la Terre d’une frappe d’astéroïdes avec un impacteur cinétique en déviant l’objet dangereux dans une trajectoire de vol différente qui ne menace pas la planète.

En ce qui concerne la cible, DART sera testé sur le plus petit de deux astéroïdes non menaçants dans le système Didymos. Les astéroïdes portent le nom de Didymos A, d’environ 800 m de diamètre et Didymos B, d’une largeur d’environ 160 m. Ce dernier est en orbite autour de Didymos A (système astéroïdal) il est ainsi également appelé Didymoon car il est comme une lune pour Didymos A.  La NASA espère écraser sa sonde dans Didymos B en 2024. Ces astéroïdes sont tout à fait du type et de la composition de ceux qui pourraient heurter la Terre.

Pour la mission, DART se rendrait à Didymos et utiliserait un système autonome de ciblage à bord pour se diriger vers Didymos B. L’engin spatial frapperait le plus petit astéroïde à environ 21 500 km/h.



Des observatoires terrestres devraient pouvoir mesurer le changement dans l’orbite de Didymos B autour de Didymos A. Même un petit coup de coude devrait avoir un impact sur sa trajectoire orbitale, qui deviendra plus évident au fil du temps.

La NASA n’est pas toute seule dans cette mission de protéger la Terre des astéroïdes.

Ces premiers efforts internationaux pour protéger la Terre de ce type de menace portent la désignation d’Asteroid Impact and Deflection Assessment (AIDA) et comportent deux missions réparties entre la NASA et l’ESA.

L’ESA a commencé à concevoir sa partie de l’AIDA, appelée Asteroid Impact Mission (AIM), en mars. Le vaisseau AIM se rendra à destination du système binaire d’astéroïdes constitué de Didymos. AIM sera lancé en 2020, deux ans avant que la partie AIDA de la NASA prenne son envol. AIM observera et étudiera la Didymoon, et tentera également d’y poser un atterrisseur.

Représentation de Didymos A et B (Didymoon) et de la sonde AIM (ESA)



Présentation de l’AIDA par l’Applied Physics Laboratory de l’université Johns Hopkins :