"Tant que tu vivras, cherche à t'instruire: ne présume pas que la vieillesse apporte avec elle la raison" Solon

Le sirop contre la toux, remède contre les AVC ?


Le sirop contre la toux posséderait-il des bienfaits méconnus ? C'est ce qu'explique une étude publiée au mois de mai dans la revue Circulation.

L'expérience, menée par Maxime Gauberti et Sara Martinez, montre qu'un des composants des sirops contre la toux, la N-acétylcystéine, aiderait également à déboucher les artères obstruées par un caillot sanguin, ce qui peut ensuite entraîner des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

La N-acétylcystéine rend le mucus plus fluide, en cassant les liaisons moléculaires. Ces liaisons sont également présentes dans les vaisseaux sanguins, et ce composant permettrait donc de fragmenter les caillots.

La revanche du sirop contre la toux

Il pourrait s'agir là d'une occasion en or pour les sirops contre la toux, souvent jugés inutiles ou dangereux : en 2010, leur utilisation chez les nourrissons avait été interdite, car les bébés étaient incapables de tousser et ainsi éliminer les sécrétions produites.

En 2016, la revue «60 Millions de consommateurs» jugeait qu'ils étaient «inutiles, quand ils ne sont pas carrément à proscrire en raison d'un rapport bénéfice-risque défavorable». Mais pour les scientifiques, ces sirops ne sont pas à jeter à la poubelle.

«La N-acétylcystéine est un traitement à bas coût, déjà utilisé dans le monde entier comme médicament contre la toux, la démonstration de ses effets thrombolytiques pourrait avoir de très larges applications pour la prise en charge des patients atteints d'AVC ischémiques ou d'infarctus du myocarde», ont expliqué les chercheurs de cette étude. «Nous souhaitons œuvrer dans ce sens et démarrer le plus rapidement possible un essai clinique».