"Tant que tu vivras, cherche à t'instruire: ne présume pas que la vieillesse apporte avec elle la raison" Solon

Les arbres ont une vie secrète que nous n'imaginons pas


GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO


Ils parlent entre eux, partagent les richesses du sol, s'entraident, apprennent les uns des autres. Bienvenue dans le monde merveilleux des arbres. Une vie secrète dont la science découvre progressivement l'étendue et la complexité.

Dans un récit passionnant et engagé, publié en janvier 2017 en français, Peter Wohlleben, un forestier allemand qui travaille à la tête d'une forêt gérée de manière non productiviste raconte la vie intime de ces végétaux si commun: les réseaux de filaments créés par les champignons, la grande sociabilité des hêtres, la langage des racines qui craquent et l'incroyable pulsion de vie des arbres.

Nous les pensions silencieux, éteints, immuables. Après la lecture de ce livre, vos promenades en forêt vont prendre une tout autre dimension. Allons même plus loin puisque Peter Wohlleben s'y risque en s'appuyant sur des études publiées dans les plus sérieuses revues scientifiques, les arbres ont bien des leçons à nous donner en terme de partage et de communication. Ce sont des êtres sociables qui aiment la compagnie des autres et ce tout en conservant chacun leur propre caractère.

MELISSA FAGUE


Un arbre a besoin de ses semblables pour s'épanouir

Tout bon jardinier et forestier le sait, un arbre a besoin de place pour capter le maximum de lumière et pour pouvoir se développer au mieux sous terre comme dans les airs. Sauf que cette règle immuable est fausse. Un arbre comme l'hêtre a besoin d'être bien entouré. Par leurs racines, les arbres ne captent pas seulement l'eau du sol, ils communiquent, s'échangent de quoi se nourrir. Ils savent qu'à plusieurs, ils seront plus forts pour faire face à la météo par exemple.

Cela vaut aussi pour les attaques d'insectes. Cette petite chenille qui grignote un morceau de feuilles? L'arbre ne va pas se laisser faire comme ça. Il commence par produire un gaz qui va repousser les insectes. Ce gaz, les arbres voisins le sentent eux aussi et vont en produire à leur tour. Sauf que la portée de celui-ci n'est pas très grande. Mieux vaut donc utiliser des moyens de communication plus fiables.

Les racines et les champignons sont tout indiqués. Les champignons sont la fibre internet de la forêt. Dans une cuillère à soupe, des chercheurs ont trouvé plusieurs kilomètres de réseaux filaires. Ainsi, l'arbre prévient ses congénères du danger tout proche. Bien sûr, cette protection n'est pas infaillible mais l'entraide leur permet de survivre.

Cette entraide vaut aussi quand un arbre de la même espèce est malade. Ses congénères vont l'aider à se rétablir jusqu'au bout, en lui donnant de quoi se nourrir par les racines. Impossible de s'arrêter avant qu'il soit rétabli ou qu'il meure. Là encore, un tronc qui paraît mort peut encore vivre grâce à la solidarité des arbres pendant plusieurs années, a remarqué le forestier allemand.

GETTY IMAGES/EYEEM


Un arbre est élevé à la dure, mais c'est pour son bien

Les jeunes pousses, elles, ne demandent qu'une chose, croître, encore et encore. Problème, dans les forêts naturelles, celles qui n'ont pas été "ordonnées" par l'homme, les jeunes pousses n'ont pas la place, ni la lumière suffisante pour se développer comme ils le voudraient. À dessein.

La science a donné raison aux arbres adultes qui se gardaient bien de faire de la place aux plus jeunes. Sous les houppiers (les branches hautes des arbres), les pousses obtiennent 3% des rayons du soleil, soit juste ce qu'il leur faut pour opérer une photosynthèse minimale. Cette restriction de lumière est ce que le forestier allemand appelle "une mesure éducative". Comme l'a prouvé la science, croître lentement au début de sa vie, c'est multiplier ses chances d'atteindre un âge avancé.

Outre cette vision à long terme, les arbres ont aussi une connaissance extrêmement fine du temps qui passe et de la succession des saisons. Parfois, il peut y avoir de fraîches journées d'été ou des journées d'hiver printanières. Pourtant, l'arbre ne s'y fait pas prendre, pas de protection contre le froid dans la première situation, ni de bourgeon dans la deuxième. Il sait en effet corréler la longueur des journées et la température ressentie.

GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO


Un appel à la prise de conscience

De même les graines perçoivent elles aussi les températures. Les futurs arbres ne s'aventurent pas à sortir de leur enveloppe juste avant les frimas de l'hiver par exemple. Ce qui est plutôt facile à faire lorsque l'on est sous une fine couche de terre et que l'on ressent moins les variations de température. En revanche, les graines de bouleau qui sont à la surface du sol, doivent faire elles-mêmes le calcul. Un tour de force qui assure la survie de ces arbres et forêts depuis des millénaires.

Et pourtant, l'homme, par méconnaissance bien souvent, ne respecte pas l'arbre. Peter Wohlleben salue le chemin parcouru par le grand public pour mieux prendre en compte la souffrance animale dans sa consommation de viande. Il faudrait en faire de même pour les arbres, réclame-t-il. "Quand on sait qu'un arbre est sensible à la douleur et a une mémoire, que des parents-arbres vivent avec leurs enfants, on ne peut plus les abattre sans réfléchir, ni ravager leur environnement en lançant des bulldozers à l'assaut des sous-bois", écrit le garde-forestier.

Les "grand végétaux n'ont pas de cerveau, ils ne peuvent se déplacer que très lentement, leurs préoccupations sont sans rapport avec les nôtres et leur quotidien se déroule dans un ralenti extrême. Comment s'étonner que les arbres soient traitées comme des choses, même si personne n'ignore que ce sont des organismes vivants? [...] Nous devons traiter les arbres comme nous traitons les animaux, en leur évitant des souffrances inutiles."

Sandra Lorenzo