"Tant que tu vivras, cherche à t'instruire: ne présume pas que la vieillesse apporte avec elle la raison" Solon

163 nouvelles espèces découvertes dans le Grand Mékong


Un serpent aux couleurs de l'arc-en-ciel, une grenouille minuscule et un lézard semblable à un dragon figurent parmi 163 nouvelles espèces officiellement découvertes dans la région du Grand Mékong, une réserve de biodiversité particulièrement menacée, a annoncé ce lundi 19 décembre le WWF.

Le fleuve d'Asie du Sud-Est prend naissance sur les hauteurs de l'Himalaya pour finir sa course au Vietnam. La région du Grand Mékong comprend le Vietnam, le Cambodge, le Laos, la Thaïlande, la Birmanie et la province chinoise du Yunnan.

Chaque année, les scientifiques du Fonds mondial pour la nature (WWF) annoncent la découverte de nouvelles espèces d'animaux et de plantes après un long processus d'évaluation par leurs pairs.

Bien souvent, les chercheurs craignent que les espèces ne disparaissent avant même d'avoir été répertoriées tant le développement de la région est rapide. La zone est également connue pour son peu de respect pour l'Etat de droit et ses trafics généralisés.

Punks, ETs et hippies

Au total, WWF a répertorié 163 espèces: neuf amphibiens, trois mammifères, onze poissons, 14 reptiles et 126 plantes.

Parmi elles, le parafimbrios lao, un serpent qu'on trouve dans les régions karstique du nord du Laos. Il a pour particularité que les écailles de sa tête reflètent les couleurs de l'arc-en-ciel.



Sur l'île thaïlandaise de Phuket, qui a connu ces dernières années un essor touristique considérable, les scientifiques ont découvert l'acanthosaura phuketensis, un lézard au dos hérissé d'une crête d'épines.



Dans la province montagneuse de Chiang Rai, dans le nord de la Thaïlande, le tylototriton anguliceps, un genre de triton au marquage rouge et noir a fait penser aux Klingons de la série Star Trek.



Une petite grenouille de trois centimètres, la leptolalax isos, a été recensée au Cambodge et au Vietnam. Elle avait été repérée pour la première fois en 2006 mais il a fallu près de 10 ans pour confirmer qu'il s'agissait bien d'une espère nouvelle.



Entre 1997 et 2015, 2409 espèces ont été recensées dans la région, soit deux découvertes chaque semaine.

Une course contre la montre

"La région du Grand Mékong est un aimant pour les spécialistes de la préservation de l'environnement à cause de l'incroyable diversité des espèces qui continuent d'y être découvertes", a déclaré Jimmy Borah, de l'équipe Grand Mékong de WWF. "C'est une course contre la montre pour faire en sorte que ces espèces nouvellement découvertes soient protégées".

La région est menacée en particulier par la construction de routes et de barrages ainsi que par le trafic illégal d'animaux sauvages, pour beaucoup centré sur le Triangle d'or (Laos, Thaïlande et Birmanie), région aussi connue pour la culture du pavot et le trafic d'opium.

"De nombreux collectionneurs sont prêts à débourser des milliers de dollars pour des spécimens rares et en danger", a ajouté M. Borah.

AFP