"Tant que tu vivras, cherche à t'instruire: ne présume pas que la vieillesse apporte avec elle la raison" Solon

Le point le plus profond de la Terre se révèle être assez bruyant




Des scientifiques ont publié les premiers enregistrements audio obtenus à partir du point le plus profond sur la surface de la Terre, le Challenger Deep au fond de la fosse des Mariannes.

Remplis de gémissements étranges, de grondements presque inaudibles et de cris aigus occasionnels, les extraits audio ci-dessous mettent en lumière le monde obscur qui se trouve à 10,9 km en dessous du poids écrasant de l’océan Pacifique.

Dans l’ensemble, nous en savons très peu sur ce qui se passe à l’intérieur de la fosse des Mariannes, située au fond de l’océan Pacifique à 300 km au sud-ouest de l’ile de Guam, surtout parce qu’il nous est physiquement difficile d’y parvenir.

Mais Robert Dziak, un océanographe à l’Administration océanique et atmosphérique nationale des États-Unis (NOAA), a estimé que même si nous ne pouvions pas explorer la fosse nous-mêmes, sur de longues périodes, nous pourrions être en mesure de l’écouter. Donc, son équipe a laissé tomber un hydrophone enrobé de titane jusqu’au point le plus profond du Challenger Deep et ils l’ont laissé enregistrer les sons pendant 23 jours consécutifs.

Voici quelques étranges exemples de ceux qui nous sont revenus, y compris des appels de baleines, qui sont en faites un mix de cétacés à fanons (Mysticeti) et dentées (odontocète)




La première chose notable est que, pour une zone subissant une pression de 16 000 livres-force par pouce carré (PSI), soit  110 mégapascals (MPa) soit 1089 Atmosphères (ATM), soit 1095 fois celle de la surface et où le soleil ne brille jamais, le point le plus profond de la Terre est beaucoup plus bruyant que l’on pourrait s’y attendre.

En effet, les ondes sonores se déplacent incroyablement loin dans l’eau, transformant le Challenger Deep en une chambre d’écho pour les sons provenant de kilomètres aux alentours.

Dans l’un des enregistrements, vous pouvez clairement entendre l’hélice d’un bateau se déplaçant à la surface…





…et un autre jour, les chercheurs ont capturé le bruissement distinctif d’un typhon de catégorie quatre faisant rage, sans oublier le grondement fréquents des tremblements de terre. Ci-dessous un tremblement de Terre de magnitude 5, près de l’ile de Guam, le 16 juillet 2015 :




Et l’appel de baleine avant et après ce même tremblement de Terre :



l’appel d’une baleine à bosse ou bleue, en écho au plus profond de la Terre :



Le but de la mission, de la NOAA, est d’utiliser ces enregistrements pour établir une base de référence du bruit ambiant dans la partie la plus profonde de l’océan Pacifique. Ainsi, ils pourront déterminer, à l’avenir, si le bruit humain produit dans l’océan s’intensifie, pour commencer à évaluer la façon dont cela pourrait affecter les animaux marins qui utilisent les sons pour communiquer, naviguer et s’alimenter, comme les baleines et les dauphins.

Robert Dziak espère maintenant réaliser d’autre enregistrement audio de la fosse des Mariannes et il aimerait aussi explorer les zones profondes de l’océan Arctique qui commencent à devenir accessibles alors que les calottes polaires rétrécissent.