Pourquoi les humains dorment-ils beaucoup moins que leurs cousins primates ?




Les humains dorment nettement moins que leurs plus proches parents du règne animal, car notre sommeil est plus efficace.

Ce sont les conclusions d’une étude menée par des chercheurs de l’université Duke qui ont parcouru la littérature scientifique et compilé une base de données de modèles de sommeil à travers des centaines de mammifères, dont 21 espèces de primates : babouins, lémuriens, orangs-outans, chimpanzés et humains. Ils ont ensuite utilisé des techniques statistiques pour tenir compte de la position de chaque espèce dans l’arbre de la famille des primates.

Ils ont constaté que les humains dorment exceptionnellement peu, avec une moyenne de sept heures de sommeil par nuit, tandis que d’autres espèces de primates, comme les macaques à queue de cochon et les lémuriens Microcèbe mignon, ont besoin de dormir de 14 à 17 heures.

Qui plus est, notre sommeil a tendance à être plus efficace, ce qui signifie que nous passons moins de temps dans le stade du sommeil léger et plus de temps dans la phase de sommeil profond.

La phase du sommeil (paradoxal) qui, par les rêves, engendre un mouvement rapide des yeux, par exemple, représente près de 25 % de notre sommeil global. Mais chez les primates tels que les lémuriens Microcèbe mignon, les lémuriens mongoz et les singes Chlorocebus , le sommeil paradoxal atteint à peine les 5%.

Selon l’anthropologue et co-auteur de l’étude David Samson de l’université Duke, qui a passé près de 2 000 heures à filmer les orangs-outans en phase de sommeil léger et profond dans le cadre de sa thèse :

Les êtres humains sont uniques en ayant le plus court et plus grande qualité de sommeil.

Cette réduction du sommeil humain n’est pas seulement le résultat de l’accès à la lumière artificielle des réverbères et des écrans d’ordinateur précisent les chercheurs. Une précédente étude (voir : “Nos ancêtres préhistoriques ne dormaient sans doute pas plus que nous”), sur les habitudes de sommeil de personnes vivant dans trois sociétés de chasseurs-cueilleurs sans électricité en Tanzanie, en Namibie et en Bolivie, a trouvé qu’ils dorment un peu moins que nous avec nos gadgets électroniques.

L’étude menée par les chercheurs de l’université Duke suggère que les humains ont remplacé la quantité par la qualité de leur sommeil avant que la lueur des smartphones soit apparue. Les chercheurs attribuent cette évolution à la transition entre dormir dans des couches dans les arbres, comme nos ancêtres humains l’ont probablement fait, au fait de dormir sur le sol comme nous le faisons aujourd’hui.

Une fois au sol, selon Samson, les premiers humains ont probablement commencé à dormir près du feu en de grands groupes, afin d’être au chaud et éloigner les prédateurs tels que les léopards et les hyènes, une habitude qui auraient permis à nos ancêtres de tirer le meilleur parti de leur sommeil dans les plus brefs délais.

Ce raccourcissement a aussi libéré du temps qui peut être consacré à d’autres choses, comme l’apprentissage de nouvelles compétences et à tisser des liens sociaux et le sommeil plus profond à contribuer à cimenter ces compétences, aiguiser la mémoire et à stimuler la matière grise.