Un gène de résistance à des antibiotiques de «derniers recours» a été détecté chez l'Homme et chez l'animal en Chine


Un gène rendant certaines bactéries résistantes à une famille d'antibiotiques, dits «de dernier recours», a été retrouvé sur des animaux et des patients chinois. Des chercheurs appellent à restreindre l'utilisation de ces antibiotiques en médecine vétérinaire.

«Nos résultats sont extrêmement inquiétants», a souligné le professeur Liu Jian-Hua, de l'université agricole de Canton, principal auteur de l'étude publiée jeudi dans une revue spécialisée, The Lancet Infectious Diseases.

Le nouveau phénomène de résistance concerne les polymyxines (colistine et polymyxine B), antibiotiques utilisés «en dernier recours» pour venir à bout de bactéries à gram - (comme Enterobacter, E. coli également appelé colibacille, Klebsellia pneumoniae), notamment chez les personnes atteintes de mucoviscidose ou en réanimation.

En Chine, la colistine est largement utilisée en médecine vétérinaire. C'est ainsi que lors de tests de routine effectués sur des porcs destinés à l'alimentation, Liu Jian-Hua et ses collègues ont découvert une souche de colibacille résistante à la colistine et capable de se propager à d'autres souches bactériennes.

De l'animal aux hommes

Des bactéries résistantes à cet antibiotique ont également été retrouvées sur quelque 1300 patients hospitalisés dans deux provinces du sud de la Chine. Les chercheurs ont découvert que la bactérie E. coli retrouvée sur les porcs contenait un nouveau gène («mcr-1») capable d'être copié et transféré facilement à une autre bactérie, en particulier la Klebsiella pneumoniae, responsable d'infections pulmonaires.

«Il est probable que la résistance à la colistine, provoquée par le gène mcr-1, s'est d'abord produite chez l'animal avant de s'étendre aux humains», souligne de son côté le professeur Shen Jianzhong, l'un des coauteurs de l'étude.

Bien que limitée pour l'instant à la Chine, la résistance à la colistine pourrait se développer à l'échelle mondiale, avertissent les auteurs qui réclament une «réévaluation rapide» de l'utilisation de cette classe d'antibiotiques, les polymyxines, dans les élevages ainsi qu'une surveillance étroite du gène mcr-1 en médecine humaine et vétérinaire.

ATS