La prochaine combinaison spatiale de la NASA pour l’exploration d’une autre surface planétaire




La NASA souhaite envoyer des humains sur Mars vers les années 2030, et alors qu’elle est sur le point de commencer à recruter des astronautes pour cette mission, elle a dévoilé leur futur costume de l’espace.

Nommée Z-2, ce prototype avancé de combinaison spatiale a été présenté le mois dernier et elle semble beaucoup plus moderne que les blanches Extravehicular Mobility Unit (EMU dans l’image d’entête) auxquelles nous sommes habitués. (consultez aussi : L’évolution des combinaisons spatiales de la NASA).

En effet, la Z-2 a été conçue pour atteindre un seul objectif, de permettre aux astronautes d’explorer une planète étrangère. Elle ne sera pas portée au cours de promenades dans l’espace ou à bord de vaisseaux spatiaux, mais uniquement par des humains sur Mars.

Selon la NASA :

Le costume est conçu pour une productivité maximale des astronautes sur une surface planétaire : l’exploration, la collecte d’échantillons et les manœuvres dans et hors des habitats et des astromobiles/ véhicules.

La combinaison est également réglable au niveau des épaules et du ventre pour permettre aux astronautes de toutes tailles de tenir dans un seul modèle de ce costume. Mais en dépit de cette souplesse, la Z-2 est incroyablement résistant et a la partie supérieure du torse est solide.



Toujours selon la NASA :

La Z-2 utilise des composites avancés pour obtenir un poids léger, un costume à la haute durabilité qui peut résister à des missions de longue durée dans les environnements difficiles trouvés sur Mars.

Le Z-2 a été choisi l’année dernière dans le cadre d’un sondage public, devançant deux autres prototypes sélectionnés pour aller sur Mars.

Il faut imaginer cette combinaison comme un vaisseau spatial. Vous y pénétrer par la trappe située à l’arrière, qui elle-même peut se fixer à un vaisseau / lieu de vie, tout en laissant le reste de la combinaison à l’extérieur de celui-ci.




La combinaison va maintenant être testée ici, sur le terrain, avant d’être peaufinée. Selon la NASA, elle est encore en “phase de non-vol”, ce qui signifie qu’elle ne comporte pas encore les matériaux nécessaires pour bloquer les radiations/ rayonnements de l’espace.