Nous sommes entourés d’un nuage de microbes qui peut permettre de nous identifier


Les êtres humains sont en effet entourés d’une aura mystérieuse, mais ce n’est pas une mystique lueur éthérée. C’est un nuage personnel de microbes qui proviennent de notre bouche, de notre peau et de nos excréments et des chercheurs ont découvert comment celui-ci peut nous identifier, une empreinte bactérienne inattendue.

L’étude, réalisée par une équipe dirigée par James Meadow de l’université de l’Oregon , a constaté que si tout le monde est entouré par des nuages invisibles de Streptococcus, trouvé généralement dans la bouche, avec des Propionibacteriums et des Corynebacteriums, portés sur la peau, les proportions exactes de chaque étaient plus personnelles.

En fait, le mélange s’est avéré être hautement identifiable. Meadow et son équipe ont séquencé les microbes de onze personnes, les ont placé individuellement dans une chambre aseptisée et après quatre heures ils ont essayé de déterminer quelle personne était passée dans la chambre uniquement en analysant le mélange bactérien.

Selon Meadow, "la plupart des occupants" ont pu être différenciés.

Nous nous attendions à pouvoir détecter le microbiome humain dans l’air autour d’une personne, mais nous avons été surpris de constater que nous avons pu identifier la plupart des occupants tout en échantillonnant leur nuage microbien.

Nos résultats confirment que l’espace occupé est distinct, au niveau microbien, d’un inoccupée et démontrent pour la première fois que les individus libèrent leur propre nuage microbien personnalisé.

Alors que la différenciation de personnes exigerait l’évaluation de leurs propres microbiomes, il demeure la possibilité de certaines classifications plus générales comme le genre.

Une infographie résumant l’étude (PeerJ)



En ce qui concerne les applications de cette découverte, Meadow y voit des implications plus larges pour une meilleure compréhension des microbiomes, comme dans la conception intelligente de bâtiment afin de minimiser la propagation d’une infection, en ajustant par exemple la ventilation, et même dans la sécurité.

Avec des améliorations dans la précision de l’identification, le suivi du microbiome pourrait permettre à des systèmes de sécurité invisibles de savoir qui entre dans un bâtiment.

Selon les chercheurs :

Le caractère identifiable potentiel que nous rapportons pour les nuages microbiens personnels suggère clairement une application légale pour les bioaérosols intérieurs, par exemple pour détecter la présence passée d’une personne dans un espace intérieur. Ces applications nécessiteront certainement des recherches plus poussées; les modèles que nous avons trouvés sont susceptibles d’être plus nuancés dans une foule d’occupants, dans un espace intérieur plus grand, ou en présence de poussière remise en suspension.