"Tant que tu vivras, cherche à t'instruire: ne présume pas que la vieillesse apporte avec elle la raison" Solon

Jusqu’à 90 % des oiseaux de mer ont du plastique dans leurs intestins




Les déchets plastiques se retrouvent dans 90 % des oiseaux de mer. Le taux est en croissance constante alors que la production mondiale de plastique augmente.

Des chercheurs du Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO) et de l’Imperial College London ont découvert que la majorité des oiseaux de mer à travers le monde, y compris les albatros, les puffins et les pingouins ont du plastique dans leurs intestins.

En analysant les études publiées depuis le début des années 1960, les chercheurs ont constaté que le plastique, y compris celui des sacs, des capsules de bouteilles et des vêtements synthétiques, qui ont été emportés par le courant des rivières urbaines, les égouts et les dépôts de déchets, vers l’océan, est de plus en plus courant dans les estomacs des oiseaux de mer. En 1960, moins de 5% de ces derniers avaient du plastique dans leur estomac; actuellement, ils ont placé ce taux à 90 %.

Selon le Dr Chris Wilcox, responsable de l’étude :

Nous prévoyons, à partir d’observations historiques, que 90 % des oiseaux individuels ont mangé du plastique. C’est une somme énorme et qui pointe vers l’omniprésence de la pollution plastique.

Ils prédisent que l’ingestion de plastique affectera 99 % des espèces d’oiseaux de mer dans le monde d’ici 2050.

La Dre Denise Hardesty, coauteur de l’étude, a déclaré que les oiseaux de mer étaient d’excellents indicateurs de la santé de l’écosystème et :

Trouver de telles estimations généralisées de plastique dans les oiseaux de mer est confirmée par certains des travaux que nous avons menés sur le terrain, en trouvant près de 200 morceaux de plastique dans un seul oiseau de mer.




Les pauvres volatiles prennent les morceaux de plastique de couleurs vives pour des aliments ou les avalent accidentellement, menant à une surcharge intestinale et une perte de poids. Parfois le résultat est fatal. Les chercheurs ont découvert que les plastiques auront le plus grand impact sur la faune là où ils se rassemblent dans l’océan Austral, dans une bande sur les bords sud de l’Australie, l’Afrique du Sud et en Amérique du Sud.

Un autre coauteur de l’étude, le Dr Erik van Sebille, de l’Institut Grantham à l’Imperial College London, a noté que les plastiques sont les plus nuisibles dans les zones où il y avait la plus grande diversité d’espèces.

Nous sommes très préoccupés par des espèces telles que les pingouins et les albatros géants, qui vivent dans ces zones.

Bien que les “îles poubelles” au milieu des océans ont des densités étonnamment élevées de plastique , très peu d’animaux vivent ici.

Mais aussi terrible que cela soit, selon Hardesty, il est encore temps de changer l’impact qu’a le plastique sur les oiseaux marins.

L’amélioration de la gestion des déchets peut réduire la menace que le plastique fait peser sur la faune marine.

Même des mesures simples peuvent faire la différence. Les efforts visant à réduire les pertes de matières plastiques dans l’environnement en Europe entrainent des changements mesurables du plastique dans l’estomac des oiseaux de mer avec moins d’une décennie, ce qui suggère que des améliorations dans la gestion de base des déchets peuvent réduire plastique dans l’environnement dans un très court laps de temps.