"Tant que tu vivras, cherche à t'instruire: ne présume pas que la vieillesse apporte avec elle la raison" Solon

Les chiens n’aiment pas les personnes qui refusent d’aider leur propriétaire




Si une personne qui vous a snobé propose de la nourriture à votre chien, celui-ci va sans doute refuser de la manger. C’est ce qu’annoncent des chercheurs japonais qui ont étudié la coopération sociale chez les chiens.

Dirigés par Kazuo Fujita, un professeur de cognition comparée à l’université de Kyoto, les chercheurs ont testé trois groupes de 18 chiens en utilisant des jeux de rôle dans lesquels leurs propriétaires devaient ouvrir une boite.

Dans les trois groupes, le propriétaire était accompagné de deux personnes que le chien ne connaissait pas. Dans le premier groupe, le propriétaire a demandé l’aide de l’une des deux personnes, qui a activement refusé d’aider (e-f dans le schéma ci-dessous). Dans le second groupe, le propriétaire a demandé et reçu de l’aide d’une personne (c-d). Dans les deux groupes, la troisième personne était neutre et ne participait pas à l’aide ou au refus. Le troisième groupe servait de contrôle (g-h-i), personne n’interagissait avec le propriétaire du chien.

Le déroulement des tests (université de Kyoto)



Après avoir regardé la scène de l’ouverture de la boite, les chiens ont reçu de la nourriture de la part des deux inconnues dans la pièce.

Ceux qui ont vu leur propriétaire repoussé étaient beaucoup plus susceptibles de choisir des aliments de l’observateur neutre et d’ignorer l’offre de la personne qui avait refusé d’aider. Les chiens dont les propriétaires ont été aidés et ceux dont les propriétaires n’ont interagi avec personne n’ont montré aucune préférence marquée pour le donneur.

Selon Fujita :

Nous avons découvert pour la première fois que les chiens font des évaluations sociales et émotionnelles de personnes, indépendamment de leur intérêt direct.

Cette capacité est l’un des facteurs clés dans la construction d’une société hautement collaborative et cette étude montre que les chiens partagent cette capacité avec les humains

Si les chiens avaient uniquement agi par intérêt personnel, il n’y aurait pas eu de différences entre les groupes et un nombre à peu près égal d’animaux auraient accepté la nourriture de chaque personne.

Les chercheurs précisent que ce comportement est présent chez les enfants à partir de l’âge d’environ trois ans. Ils notent également que certains primates ne présentent pas ce comportement :

Une étude similaire a montré que les Capucins à houppe noire ont cette capacité, mais il n’y a aucune preuve que les chimpanzés montrent une préférence à moins qu’il y ait un avantage direct pour eux.