"Tant que tu vivras, cherche à t'instruire: ne présume pas que la vieillesse apporte avec elle la raison" Solon

Les Australiens surpris par une pluie d'araignées



Les hauts plateaux du sud-est australien ont vu s'abattre du ciel des millions d'araignées au début du mois de mai. Leurs toiles ont ensuite recouvert des champs entiers, devant des habitants médusés.



C'est un paysage tout droit sorti d'un épisode de Spiderman qui attendait les habitants du sud-est de la province orientale de Nouvelle Galles, non loin de Canberra, en Australie. Devant eux, des champs entiers recouverts de toile d'araignées. Puis, en levant les yeux, une pluie de millions d'araignées et des voiles de soie dans le ciel. Craignant une invasion, ils ont interpellé les médias et les scientifiques.

En début de mois, plusieurs localités du sud-est australien se sont ainsi drapées d'une allure «résolument hantée», rapporte le quotidien américain Washington Post. Les témoignages des habitants sont éloquents et ont de quoi pétrifier d'angoisse les arachnophobes. A Goulburn, «vous ne pouviez pas sortir de chez vous sans avoir des toiles partout sur le corps, jusque dans la barbe!», raconte Ian Watson au Sydney Morning Herald. «Je suis à 10 minutes de la ville et je peux clairement voir des centaines de petites araignées flottants avec leur toile», précise-t-il, demandant «que quelqu'un appelle un scientifique».




Un parachute pour se déplacer plus vite

Les explications savantes sont venues de l'Australian Museum de Sydney, par la voix du naturaliste Martyn Robinson. Ce dernier a démystifié l'événement en précisant qu'il s'agissait là d'un phénomène migratoire assez courant chez les bébés araignées. Gagnant la cime des arbres, ils y tissent une toile en forme de parachute qui, lorsqu'elle prend le vent, leur permet de se déplacer beaucoup plus rapidement que sur leurs huit minuscules pattes. Ce principe de montgolfière, ou effet «Angel hair», pour cheveux d'ange, leur permet de voler jusqu'à 3000 mètres d'altitude au moins, et de parcourir des milliers de kilomètres. C'est la raison pour laquelle les araignées peuplent tous les continents, même l'Antarctique, bien qu'elles n'y survivent pas longtemps, révèle le scientifique.

L'ampleur du phénomène constaté en Australie s'explique par un second facteur, toujours selon Marty Robinson. Lors d'intempéries violentes, comme en avril dernier dans cette région, «les araignées qui vivent à la surface du sol ou dans des terriers souterrains, viennent dans le feuillage pour éviter la noyade». Ce ne sont plus alors que les bébés araignée qui se déplacent ainsi, mais toutes la population qui se met à fabriquer des parachutes. Le cumul de ces deux facteurs rend ainsi le phénomène exceptionnel, comme ce fut le cas par le passé au Texas, au Brésil ou même à Florence, en Italie.




«Je me souviens, en plein jour, avoir vu les toits des maisons de Florence couverts de cette substance blanche pendant une heure qui, comme de la neige, s'est ensuite évaporée», raconte Roberto Pinotti. Responsable du centre national italien d'ufologie, il raconte qu'incrédules devant ces visions, certains Florentins ont cru à la présence d'OVNI.

Antoine Sillières